www.zejournal.mobi
Mercredi, 01 Avr. 2020

La politique américaine « mafieuse », le « racket » mondial

Auteur : Gordon Duff | Editeur : Walt | Lundi, 17 Févr. 2020 - 01h38

Ceux qui acceptent les politiques de l’administration Trump, l’annulation du JCPOA avec l’Iran, la saisie des champs pétrolifères en Syrie ou les sanctions sans fin imposées nation après nation, le chantage de l’Europe, les menaces continuelles proférées presque toutes les heures par l’iPhone de Trump en guise de « politique nationale » ne sont tout simplement pas attentifs.

Il y a une méthode, et elle n’est pas aussi folle qu’elle semble être. Trump et sa société ont remodelé « l’environnement commercial du monde » d’une manière que les Américains connaissent bien. Nous l’appelons « crime organisé ».

Actuellement, les représentants des dirigeants politiques américains opèrent dans plus de 60 nations. Ce ne sont pas des diplomates, bien que certains le soient, du moins techniquement, mais la plupart sont simplement des « agents d’affaires », souvent avec un long passé criminel.

Ils vendent « l’amitié » des États-Unis en échange de tout ce qui a de la valeur et les acheteurs, des nations terrifiées par les États-Unis, sont prêts à signer n’importe quoi, à renoncer à tout. Tiré du film « Le Parrain » :

« Michael : Eh bien, quand Johnny était un jeune chanteur, il a signé un contrat d’exclusivité avec un grand chef d’orchestre. Quand son nom est devenu plus connu, il a voulu résilier ce contrat. Il se trouve que mon père est le parrain de Johnny. Alors mon père a vu ce chef d’orchestre et lui a offert 10 000 dollars s’il acceptait de lâcher Johnny mais le type lui a dit non. Le lendemain, mon père est retourné le voir mais cette fois-ci il a amené Luca Brasi. En moins d’une heure, le gars a lâché Johnny en donnant un chèque certifié de 1 000 $.

Kay : Et pourquoi a-t-il accepté ?

Michael : Mon père lui a fait une offre qu’il ne pouvait pas refuser.

Kay : Qu’est-ce que c’était ?

Michael : Luca lui braquait un revolver sur sa tempe et mon père a dit au type que ce serait sa cervelle ou sa signature qui parapherait le contrat ».

Aujourd’hui, Luca Brasi a été remplacé par un assassinat par drone ou, peut-être, par une révolution de couleur des mains de Google et Facebook.

Ce que vous lisez est presque de notoriété publique. Malgré une large censure, il est relativement connu que les finances personnelles chancelantes de Jared Kushner ont bénéficié d’un généreux renflouement de la part de l’Arabie Saoudite, de prêts immobiliers mais aussi de larges partenariats pour son beau-père, dont le premier bordel officiel d’Arabie Saoudite.

Il y a aussi la question flagrante de la corruption de Netanyahu, dont seuls les aspects les plus mineurs font l’objet de son inculpation pénale actuelle en Israël. En vérité, Netanyahu a gagné des milliards, recevant des pots-de-vin pour des contrats militaires des États-Unis, de l’Allemagne et d’autres nations, mais il va aussi beaucoup plus loin.

Alors qu’il était Premier Ministre d’Israël, Netanyahu a été co-employé par le groupe d’exploitation de casinos Adelson, faisant en leur nom des présentations liées à des échanges pour des renseignements et des technologies américaines volés.

La liste des dirigeants politiques du Moyen-Orient qui profitent de l’État Islamique et d’Al-Qaïda serait effrayante, mais elle a commencé bien plus tôt. L’oléoduc Bakou-Kirkouk-Ceyhan, qui dessert 30% des réserves mondiales de pétrole et traverse plusieurs pays, a commencé à pomper du pétrole volé une décennie avant l’existence de l’État Islamique.

L’EI a simplement repris les opérations des occupants américains de l’Irak, ou, plus probablement, s’est « associé » avec eux, ajoutant de nouveaux acteurs aux opérations pirates existantes qui incluaient Exxon et BP. L’Irak estime à un trillion de dollars les actifs volés.

Il y a des histoires qui sont racontées, en partie du moins, puis enterrées, poussées hors de vue et considérées comme sans importance, car un flux sans fin de théories de conspiration sauvages fabriquées par des « sources officielles » domine le flux de fausses informations.

Il est impossible pour quelqu’un qui travaille dans le secteur bancaire, pétrolier, de la défense ou même dans des ONG relativement innocentes, bien qu’il existe peu de choses aujourd’hui qui ne soient pas détournées ou contrôlées par des agences de renseignement, de ne pas tomber dans le pillage des ressources dans le monde entier.

Ces derniers jours, les mesures prises contre le Nigeria par Trump ont été directement liées à des transactions pétrolières où des commissions importantes sont exigées par les politiciens américains, dans certains cas jusqu’à 3% de la vente brute, sur la base des prix de Platts Marketscan.

Au Soudan, par exemple, de nombreux membres du gouvernement actuel font toujours l’objet d’accusations pénales internationales liées aux atrocités commises au Darfour. De plus, le Soudan est toujours « terroriste » et est financièrement étouffé par les sanctions américaines.

Plus récemment, des représentants, bien que « privés » de la Maison Blanche, ont demandé et reçu 350 millions de dollars en diamants de cette nation pauvre, en échange « d’efforts » de la part de dirigeants poursuivis en justice pour obtenir une intervention américaine.

En fait, la division initiale de cette nation, la séparation du Sud-Soudan, était fondée sur des négociations entre Washington, Khartoum et les EAU concernant la « radiation » du président de l’époque, Omar al-Bashir, de la liste des criminels de guerre. J’ai joué le rôle d’intermédiaire dans ces négociations et je continue à consulter le gouvernement de Khartoum.

Des extorsions similaires sont en cours en Malaisie, en Indonésie, au Sri Lanka, en Éthiopie, en Égypte, en Libye, en Algérie, au Maroc, et la liste peut s’allonger à l’infini. Lorsqu’il s’agit de l’hémisphère occidental, de l’Amérique Centrale et de l’Amérique du Sud, les paroles de Smedley Butler nous servent à nouveau. Rien de ce qui se fait aujourd’hui n’est sans contexte historique.

Extrait d’un discours prononcé en 1933, par le Major Général Smedley Butler, USMC :

« La guerre n’est qu’un racket. Un racket est mieux décrit, je crois, comme quelque chose qui n’est pas ce qu’il semble à la majorité des gens. Seul un petit groupe interne sait de quoi il s’agit. Il est mené au profit d’un petit nombre de personnes aux dépens des masses.

Je crois en une défense adéquate sur le littoral et rien d’autre. Si une nation vient ici pour se battre, alors nous nous battrons. Le problème avec l’Amérique, c’est que lorsque le dollar ne gagne que 6% ici, elle s’agite et part à l’étranger pour obtenir 100%. Alors le drapeau suit le dollar et les soldats suivent le drapeau.

Je n’irais pas à nouveau en guerre comme je l’ai fait pour protéger les investissements minables des banquiers. Il n’y a que deux choses pour lesquelles nous devrions nous battre. L’une est la défense de nos foyers et l’autre est la Déclaration des Droits. La guerre pour toute autre raison n’est qu’un racket.

Il n’y a pas un seul élément dans le sac du racket dont le gang militaire ne se soucie pas. Il a ses « montreurs du doigt » pour désigner les ennemis, ses « hommes forts » pour détruire les ennemis, ses « hommes d’esprit » pour planifier les préparatifs de guerre et un « Big Boss », le capitalisme super-nationaliste.

Il peut sembler étrange pour moi, militaire, d’adopter une telle comparaison. La vérité m’y oblige. J’ai passé trente-trois ans et quatre mois dans le service militaire actif en tant que membre de la force militaire la plus agile de ce pays, le corps des Marines. J’ai servi dans tous les grades de commissionnés, du Sous-Lieutenant au Major Général. Et pendant cette période, j’ai passé la majeure partie de mon temps à être un homme de main de haut niveau – pour le Big Business, pour Wall Street et pour les banquiers. En bref, j’étais un racketteur, un gangster pour le capitalisme.

Je soupçonnais alors que je ne faisais que faire partie d’un racket. Maintenant, j’en suis sûr. Comme tous les membres de la profession militaire, je n’ai jamais pensé à moi jusqu’à ce que je quitte le service. Mes facultés mentales sont restées en suspens pendant que j’obéissais aux ordres de mes supérieurs. C’est typique de tous les militaires.

En 1914, j’ai contribué à rendre le Mexique, et en particulier Tampico, sûr pour les intérêts pétroliers américains. J’ai aidé à faire d’Haïti et de Cuba un endroit décent où les garçons de la National City Bank peuvent collecter des revenus. J’ai participé au viol d’une demi-douzaine de républiques d’Amérique Centrale au profit de Wall Street. L’histoire du racket est longue. J’ai aidé à purifier le Nicaragua pour la maison bancaire internationale des Frères Brown en 1909-1912 (où ai-je déjà entendu ce nom ?). J’ai mis la lumière sur la République Dominicaine pour les intérêts américains dans le secteur du sucre en 1916. En Chine, j’ai aidé à faire en sorte que la Standard Oil ne soit pas inquiétée.

Pendant ces années-là, j’ai exercé, comme le diraient les gars en coulisses, un vaste racket. En y repensant, je pense que j’aurais pu donner quelques tuyaux à Al Capone. Le mieux qu’il ait pu faire, c’est de faire fonctionner son racket dans trois districts. J’ai opéré sur trois continents ».

Plus on se rapproche de Butler ces derniers temps, plus on trouve le Général Wesley Clark. En 2007, Clark, ancien Commandant Suprême des Forces Alliées de l’OTAN, a fait la déclaration suivante :

« Environ dix jours après le 11 septembre, j’ai traversé le Pentagone et j’ai vu le Secrétaire Rumsfeld et le Secrétaire adjoint Wolfowitz. Je suis descendu pour saluer certaines personnes de l’État-major interarmées qui travaillaient pour moi, et un des généraux m’a appelé. Il m’a dit : « Monsieur, vous devez entrer et me parler une seconde ». J’ai dit : « Eh bien, vous êtes trop occupé ». Il a dit : « Non, non ». Il a dit : « Nous avons pris la décision d’entrer en guerre avec l’Irak ». C’était le 20 septembre ou aux alentours de cette date. J’ai dit : « Nous allons faire la guerre à l’Irak ? Pourquoi ? » Il a dit : « Je ne sais pas ». Il a dit : « Je suppose qu’ils ne savent pas quoi faire d’autre » Alors j’ai dit : « Eh bien, ont-ils trouvé des informations reliant Saddam à Al-Qaida ? » Il a dit : « Non, non ». Il a dit : « Il n’y a rien de nouveau de ce côté-là. Ils ont juste pris la décision d’entrer en guerre avec l’Irak ». Il a dit : « Je suppose que c’est comme si nous ne savions pas quoi faire contre les terroristes, mais nous avons une bonne armée et nous pouvons faire tomber des gouvernements ». Et il a dit : « Je suppose que si le seul outil dont vous disposez est un marteau, chaque problème doit ressembler à un clou ».

Je suis donc revenu le voir quelques semaines plus tard, et à ce moment-là, nous étions en train de bombarder l’Afghanistan. J’ai dit : « Allons-nous encore faire la guerre à l’Irak ? » Et il a dit : « Oh, c’est pire que ça ». Il s’est penché sur son bureau. Il a ramassé un morceau de papier. Et il a dit : « Je viens de le descendre de l’étage » – c’est-à-dire du bureau du Secrétaire à la Défense – « aujourd’hui ». Et il a déclaré : « C’est un mémo qui décrit comment nous allons faire tomber sept pays en cinq ans, à commencer par l’Irak, puis la Syrie, le Liban, la Libye, la Somalie, le Soudan et, pour finir, l’Iran ». J’ai dit : « C’est confidentiel ? » Il a répondu : « Oui, monsieur ». J’ai dit : « Eh bien, ne me le montrez pas ». Je l’ai vu il y a environ un an et je lui ai dit : « Vous vous souvenez de ça ? » Il a dit : « Monsieur, je ne vous ai pas montré ce mémo ! Je ne vous l’ai pas montré ! »

Conclusion

Il ne s’agit pas seulement des États-Unis ou d’Israël, qui pratiquent le « vol » ou le « racket de protection » comme le Murder Incorporated de Meyer Lansky ou les opérations d’Al Capone basées à Chicago dans les années 1920. Il ne s’agit pas seulement des États-Unis, mais surtout des États-Unis.

Une petite armée de « voyageurs affamés », représentant les intérêts privés de la Maison Blanche, du Pentagone et du Congrès, entièrement soutenue par la CIA et les géants militarisés des médias sociaux et de l’Internet qui peuvent mettre et ont mis des milliers d’émeutiers payés (et les tireurs d’élite pour les tuer) dans les rues à maintes reprises, nation après nation.

Les armes, les listes de terroristes, les sanctions, les armes avancées à des voisins inamicaux ou, maintenant en tête de liste, l’écrasement de la valeur d’une monnaie nationale comme nous l’avons vu au Liban, en Syrie, en Iran mais aussi au Pakistan.

Une liste plus longue ? Le Venezuela, l’Argentine, la Turquie, le Brésil, l’Inde et les Philippines, mais les nations vulnérables comprennent toutes celles qui sont lourdement endettées. Faire chuter leur monnaie, appliquer des sanctions, lancer une guerre orchestrée dans les médias sociaux et ensuite envoyer les clowns, les collecteurs de fonds pour Washington.

Qu’en est-il au juste ? Il n’y a plus de politique étrangère américaine, seulement du pouvoir et de l’influence, du blanchiment d’argent, des comptes bancaires aux Îles Caïmans et une nation dont les dirigeants politiques et même militaires sont fatigués de travailler pour des gangsters.

Ils ont décidé d’être les gangsters.

Traduit par Réseau International


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...