www.zejournal.mobi
Jeudi, 01 Oct. 2020

L’inutilité totale des Black Blocs français… sauf pour le gouvernement

Auteur : Ramin Mazaheri | Editeur : Walt | Samedi, 07 Déc. 2019 - 16h01

Le 5 décembre, la Grève Générale attendue depuis longtemps contre les mesures d’austérité en France a commencé et a été un énorme succès : 90 % des trains ont été annulés à l’échelle nationale, les enseignants ont fait une sortie sans précédent et jusqu’à 1,5 million de personnes ont marché malgré des températures proches de zéro.

Et pourtant, la marche à Paris a été un échec total.

Pendant près de quatre heures, j’ai vu peut-être 500 membres des Black Blocs détourner l’avant de la marche et empêcher environ 250 000 personnes de se déplacer.

Seulement 500 Black Blocs non armés – pas des terroristes de Daesh aguerris et fous – ont empêché un quart de million de personnes d’avancer pendant QUATRE heures !

La durée du retard a été le seul aspect vraiment notable, car en ce qui concerne les manifestations violentes à Paris, c’était assez calme. L’une des principales raisons en est que le goulot d’étranglement choisi par les Black Blocs impliquait que la police ne pouvait pas les attaquer sous plusieurs angles.

Cependant, je réitère les faits : pas Daesh, pas armé, 1 Black Bloc pour 250 manifestants, 4 heures de bouilloire de protestation.

Le 5 décembre fut donc évidemment une victoire majeure pour les Black Blocs et sa propagande en ligne, et pour une autre raison également : le goulot d’étranglement se trouvait devant l’une des plus grandes centrales syndicales de Paris. Les Black Blocs ont renversé une énorme remorque de construction et l’ont incendiée juste devant le centre. De toute évidence, ils exprimaient leur mépris total pour les syndicats et essayaient de dire, un jour qui devait être dirigé par les syndicats, que les Black Blocs étaient plus puissants.

C’est compréhensible, pour les raisons que j’ai énumérées ici et ailleurs. Ce qui place les Black Blocs du côté des Gilets Jaunes.

Mais seulement sur cette question. L’énorme différence, c’est que les Gilets Jaunes ne sont pas sur le point de violer le droit humain de leurs concitoyens à marcher, ET en un jour si important, ET à une manifestation où le but est de montrer comment les masses de la nation sont unies contre le 1%.

Le premier jour de la Grève Générale, il s’agissait de montrer à Emmanuel Macron que l’unité nationale était assez forte pour forcer le retrait du système de retraite unique, néolibéral d’extrême droite, encore entouré de mystère, jamais vu auparavant dans le monde. L’exigence de la protestation n’aurait pas pu être plus ratifiée au niveau national, et pourtant les actions des Black Blocs ont montré qu’ils insistent sur le fait qu’ils sont le parti d’avant-garde qui est autorisé à rejeter toute ratification démocratiquement nationale d’une chose aussi importante que la prévention de la pauvreté chez les personnes âgées.

Les Black Blocs ne veulent-ils pas aussi une pension ?

Peu importe : il n’y a que 2 questions à poser aux Parisiens ce soir.

Comment est-ce arrivé ? Que faut-il faire ?

Il n’y a que peu d’explications possibles pour expliquer pourquoi 500 membres des Black Blocks devaient faire face aux 7-8000 policiers qui devaient être à Paris ce jour-là :

1- Les Black Blocs sont mieux armés

Ce n’est absolument pas le cas, et il suffit de jeter un coup d’œil à un policier anti-émeute français pour s’en convaincre. Tout leur corps est défendu contre la douleur, alors que les Black Blocs n’ont généralement qu’un masque. En ce qui concerne les armes offensives, les Black Blocs n’en ont pas beaucoup – sinon, pourquoi les voyions-nous tous briser un arrêt de bus avec leurs mains et leurs pieds il y a quelques heures ? Pourquoi ils creusent toujours le trottoir pour trouver des pierres à jeter ? Depuis les attentats du Bataclan et l’état d’urgence qui a suivi, il y a eu jusqu’à 10 000 fouilles sans mandat de manifestants à chaque grande manifestation en France pour empêcher l’apparition d’armes violentes.

2- Les policiers français sont des lâches

Ils ne voulaient tout simplement pas les affronter, même s’ils étaient beaucoup plus nombreux, disposaient d’armes offensives et d’une protection défensive. J’ai entendu cela à maintes reprises de la part des Gilets Jaunes, qui montre du doigt les Black Blocs, puis les policiers, et qui me demande ensuite d’expliquer pourquoi les policiers ne bénéficient pas d’énormes avantages.

3- Les policiers français ont reçu l’ordre d’en haut de ne pas s’engager avec les Black Blocs

C’est évidemment en partie la réponse. À maintes reprises, les policiers français se sont dressés et ont regardé les Black Blocs détruire des biens publics. Lors de la marche du premier anniversaire, le mois dernier, les policiers ont vu les Black Blocs dégrader un monument national et le démolir à la recherche de projectiles – tout ce dont les policiers se souciaient, c’était de garder les manifestants prisonniers dans ce rond-point pour qu’ils ne puissent pas manifester pacifiquement : la violence discrédite les manifestants auprès du citoyen moyen, évidemment, et donc les policiers/le gouvernement provoquent délibérément des situations de violence/leur permet de continuer. Le 5 décembre, il a fallu près de trois heures avant que les policiers ne tentent sérieusement de disperser les Black Blocs pour que la manifestation puisse avoir lieu.

4- Les Black Blocs sont infiltrés par les policiers

C’est ce que tout le monde dit, et pourquoi ne devrions-nous pas y croire ? Si trois ou quatre jeunes flics s’habillent en noir et se serrent les coudes, tout le monde au Black Bloc se dira : « Eh bien, il doit être OK, il a quelques amis ». C’est ce que j’atteste depuis longtemps parce que j’ai vu les Black Blocs commettre des crimes et des actes tellement absurdes que personne qui se soucierait des objectifs de protestation ne pourrait les commettre, tant ces actes étaient odieux. L’attaque de l’hôpital pour enfants Necker en 2016, au plus fort des protestations contre le démantèlement du code du travail, est l’exemple le plus flagrant que j’ai démystifié, mais j’en ai vu d’innombrables autres.

Tout le monde savait que les Black Blocs arrivaient le 5 décembre. Tout le monde savait aussi qu’ils venaient le 1er mai, jour de la marche mondiale pour le climat en septembre, le premier anniversaire des Gilets Jaunes et plusieurs autres jours d’actes des Gilets Jaunes plus tôt dans l’année, et pourtant les Black Blocs ont été fou de rage sur tous, sauf le 1er mai.

Je dis qu’ils n’ont pas dominé le 1er mai parce que c’était encore assez proche de l’époque où le mouvement des Gilets Jaunes était vraiment grand : à la fin mars, le gouvernement a commencé à interdire les manifestations, a donné des ordres aux policiers pour qu’ils se lancent dans un « engagement » avec les manifestants, et a fait fuir le citoyen moyen par des menaces d’arrestation, des recherches, des amendes, des peines de prison et de nombreux gaz lacrymogènes et blessures corporelles. Le 1er mai a donc été bordé de policiers du début à la fin, et ils ont finalement dispersé tout le monde section par section, ce qui a également empêché une marche unie et provoqué le canular de l’hôpital de la Salpêtrière, que j’ai complètement démystifié ici.

Tout le monde sait que les Black Blocs arrivent parce que ces adolescents/jeunes adultes s’en vantent ouvertement en ligne. Il y avait des solutions évidentes pour les arrêter, mais aucune d’entre elles n’a été prise.

Des solutions pour protéger le droit de protester… qui ne sont jamais prises

1- Mettez un contingent de 1000 policiers en tête de la marche

Ce n’est évidemment pas souhaitable, mais à quel moment la France se met-elle à vouloir sacrifier l’esthétique pour une protestation pacifique et réussie ? Les Français adorent leurs esthétiques, et c’est pour cela qu’ils ont perdu et continuent de perdre la foi mais vendent des musées de peinture, mais la paix et l’ordre ne devraient-ils pas prévaloir ?

2- Interdire à toute personne vêtue de noir de marcher, ou au moins de se rassembler en grand nombre

Cela viole non seulement les idées françaises sur la nécessité vitale des droits de la mode, mais aussi leur notion de liberté d’expression. Ce qu’ils ne réalisent pas, c’est qu’ils se soucient davantage de la liberté d’expression personnelle que du droit humain de manifester – qui est la plus haute expression sociale qui soit : politique – et à un niveau macroéconomique.

3- Exiger que les syndicats assurent la sécurité, s’ils ne veulent pas que les policiers soient là

La tête du cortège est réservée aux gros bonnets syndicaux – ils ne vont pas passer devant les Black Blocs. Si la sécurité ne peut être assurée à la tête du cortège, ils doivent se replier sur leurs propres membres de sécurité. Je n’ai aucun doute que les travailleurs des chemins de fer et de l’acier sont plus durs que les Black Blocs – ce type de sécurité syndicale est toujours présent lors de telles manifestations pour l’élite syndicale et ils ne font pas d’histoires. Les syndicats doivent assurer une meilleure sécurité.

4- Les citoyens doivent se dresser et dépasser les Black Blocs

En fin de compte, la seule façon de vaincre les Black Blocs est que le citoyen moyen les dépasse à chaque occasion. Point final.

Il est clair que les policiers ne vont pas nous aider.

La sécurité syndicale plaide très probablement que c’est le travail des policiers et qu’ils ne vont donc pas aider non plus.

Et le Peuple aurait dû les dépasser le 5 décembre : je n’arrivais pas à croire combien de temps ils ont attendu. Je les aurais dépassés par pur ennui ! Par grand froid, juste pour faire couler le sang ! Pendant trois heures consécutives, j’ai fait des interviews en direct au même endroit sur la Place de la République. « Qui diable dirige cette manifestation, et pourquoi se contentent-ils de rester là et de ne pas rallier les troupes », me suis-je demandé à plusieurs reprises ?

Le discrédit des protestations des Black Blocs est une tactique vieille, évidente et garantie gagnante pour la partie réactionnaire. Il n’y a absolument aucune raison pour que l’immense, immense foule – je me suis d’abord demandé si c’était la plus grande depuis Charlie Hebdo, elle était si grande – ait choisi d’attendre 4 heures à seulement 20 mètres de la Place de la République, grande ouverte.

Par conséquent, si les policiers, les syndicats et le gouvernement ne sont pas disposés à affronter les Black Blocs, il incombe aux médias d’encourager tous les citoyens à les dépasser et à ne pas se laisser influencer.

Avant que vous ne commenciez à rire… Je sais qu’un tel appel ne sera jamais entendu par les grands médias français. C’est une honte – ça marcherait, une telle campagne médiatique. Que puis-je faire d’autre que mon petit rôle ici ?

Je ne saurais trop insister sur le fait que les manifestants – en particulier ceux qui sont vraiment engagés politiquement – détestent les Black Blocs pour les avoir discrédités. Ils m’ont dit de les discréditer dans mon reportage à PressTV, et je l’ai fait, et avec leurs citations volontaires.

Les gens qui ont apprécié les Black Blocs le 5 décembre étaient les jeunes étudiants… qui ne sont JAMAIS aux actes des Gilets Jaunes, comme je l’ai expliqué ici. Ces débutants ont pensé que le niveau plutôt pimpant de fracas et les 2 ou 3 feux étaient une grosse affaire. À cela je réponds : « Les dégâts ont été bien, bien pire au moins 20 autres fois cette année mais toi, jeune punk parisien, tu étais trop cool ou trop effrayé pour te joindre à nous ». Je dois admettre que les Black Blocs procurent un sentiment de satisfaction à une population de manifestants battus, comme les Gilets Jaunes, avec un sentiment de satisfaction : « Ouais, donnez aux policiers un avant-goût de leur propre médecine » est une pensée impossible à ne pas avoir quand vous avez été gazé toute la journée… et tout le mois, et toute l’année. Cependant, ces derniers temps, les étudiants de Johnny n’ont RIEN fait pour mériter un sentiment de vengeance justifiée – donc, ils ne font que se délecter d’excitation et de sensualité, à la manière parisienne typique, au détriment total d’un mouvement politique national.

La Grève Générale est le bébé des syndicats – soit ils gagnent, soit ils perdent la face à l’échelle nationale d’une façon peut-être fatale, ce qui signifie que plus personne ne les prendra au sérieux (les Gilets Jaunes ne le font déjà plus). Les Gilets Jaunes sont maintenant secondaires, et ils se contentent, pour la plupart, de « faire converger les forces », enfin : ils ont essayé de forcer la main du gouvernement et n’ont pu obtenir que quelques concessions mineures mais ils savent tous qu’ils ont évidemment, sans doute, donné l’élan à la Grève Générale. Ils ont récupéré l’héritage révolutionnaire de la France (que j’ai expliqué ici).

Ce que les Black Blocs ont fait, c’est de la pure brutalité, car tout ce qu’ils voulaient, c’était montrer leur force. C’est ce que font les voyous – les voyous sont des voyous parce qu’ils sont prêts à utiliser la violence là où et à des niveaux normaux, les gens bien ne le feraient pas. Mais la victoire d’un voyou n’est que maigre, et de courte durée.

Ils ont été en charge de la manifestation syndicale pendant quelques heures, mais ils n’ont pas pu prendre le pas sur les syndicats sur la question de la Grève Générale : aucun travailleur n’abandonne le conseil de son syndicat pour les discours en ligne du Black Bloc sur la « révolution » à cause des événements du 5 décembre à Paris. Leurs actions n’étaient que de l’auto-agrandissement ou du sabotage de l’unité nationale, et la grande majorité des manifestants le croyaient déjà depuis des années. Les Black Blocs n’ont pas du tout tabassé les flics et ne les ont pas remplacé comme la force la plus dure du pays – il n’y a même pas eu de confrontation !

Quand je vois les Black Blocs fracasser quelque chose, mon habituel travail journalistique, c’est d’accompagner cela par les mots : « Prends ça ! « Tu remplaces mon père ! »

Juste… pathétique. C’est puéril. Sentiment exagéré d’importance. Black Blocs, vous êtes les seuls à être impressionnés par vous-mêmes.

Ainsi, malgré la débâcle de la manifestation de Paris – qui a été évidemment orchestrée par l’État Profond français (comment appeler l’infiltration illégale des Black Blocs ?) afin de fournir de nombreuses images de protestations violentes aux médias grand public, qui sont de mèche avec le 1% et les aristocrates que la France appelle un Parlement, la Grève Générale est bien lancée ! Un taux de participation élevé, un soutien de 70 % – un excellent début historique, en fait.

La France sera certainement fermée ce week-end – nous attendons tous de voir si la grève sera encore forte la semaine prochaine ? Le gouvernement dévoilera enfin les détails de la réforme des pensions la semaine prochaine, ce qui ne manquera pas d’enflammer encore plus les gens.

Black Bloc… merci pour rien, comme d’habitude. Ton père avait raison : tu es incroyablement faible (socialement et politiquement).

En fait, tu es déjà une vieille nouvelle.

Traduit par Réseau International


- Source : The Saker (Islande)

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...