www.zejournal.mobi
Lundi, 27 Janv. 2020

La farce judiciaire contre Assange continue

Auteur : Rafael Poch de Feliu | Editeur : Walt | Vendredi, 06 Déc. 2019 - 07h58

L’audience qui décidera de son extradition vers les États-Unis en février se tiendra à la prison de haute sécurité de Belmarsh, sans public. Alors qu’un complice suédois met fin à l’instruction sur les viols, une discipline sans faille est confirmée avec les desseins des persécuteurs du fondateur de WikiLeaks.

Julian Assange a comparu devant le tribunal de Westminster le 21 octobre. Nous devons à l’ancien diplomate britannique Craig Murray, qui a réussi à être présent à la session, une chronique absolument révélatrice de ce qui s’est passé là-bas. Murray, qui était l’ambassadeur de son pays en Ouzbékistan, y décrit ce que l’on sait déjà : la persécution de Julian Assange en vue de l’enfermer à vie dans une prison US n’est pas seulement un scandale politique et une atteinte aux droits fondamentaux, mais est aussi une farce judiciaire dans laquelle le système judiciaire britannique agit, comme indiqué dans un manifeste récemment envoyé au cabinet du pays et à l’archevêque de Canterbury, comme « simplement un instrument de répression politique des États-Unis ». On le savait déjà, mais les détails sont croustillants.

En ce jour d’octobre, Assange est apparu faible et erratique devant la Juge Vanessa Baraitser, une femme « dont les expressions faciales sont allées du mépris au sarcasme ou lassitude » quand elle a entendu la défense, tout en étant attentive, ouverte et chaude devant les manifestations du Procureur.

La Juge a rejeté d’un seul coup toutes les allégations de la défense qui demandait plus de temps pour préparer l’affaire, étant donné les limitations imposées aux avocats de Assange pour voir son client en prison, la saisie de documents (par des agents des États-Unis) qu’il avait à l’ambassade d’Équateur, ainsi que pour pouvoir assister à un autre front : celui qui a été ouvert à Madrid à la société espagnole UC Global, à qui la CIA avait confié l’organisation des espionnages de l’ambassade d’Équateur avec caméras et micros. Pour toutes ces raisons, la défense a demandé le report de l’audience qui devrait décider de l’extradition de Assange vers les États-Unis demandée le 25 février.

Craig Murray explique dans sa chronique comment le procureur de l’affaire, James Lewis, s’est opposé à tout report et comment il a consulté, dans la même salle, trois fonctionnaires de l’ambassade des États-Unis qui, selon leurs propres termes, lui ont donné des « instructions ». La Juge a approuvé toutes ses requêtes.

L’accord d’extradition entre le Royaume-Uni et les États-Unis (2007) réglemente dans son article 4 que l’extradition n’a pas lieu lorsque son fondement est un « crime politique », un concept dont toute une série d’hypothèses sont exclues, dont aucune n’est applicable au fondateur de WikiLeaks. Au fur et à mesure que la session avançait, le nombre de manifestants à l’extérieur du bâtiment augmentait. Cette présence explique pourquoi, à la mi-session, deux agents étasuniens armés sont entrés dans la salle.

Finalement, une fois toutes les objections de la défense rejetées, il a été décidé que l’audience du 25 février au cours de laquelle l’extradition sera résolue aura lieu non pas au siège du tribunal, mais dans la prison de haute sécurité de Belmarsh même, où il n’y a que six sièges pour le « public ». Probablement qu’en février, nous n’aurons même pas une chronique de l’événement comme celle de Craig Murray, qu’aucun grand média n’a publiée. Murray croit que la décision de la Juge de décider de ce changement « peut avoir été une initiative US ».

Mais ce qui a le plus impressionné Murray, c’est l’état de Assange : maigre, âgé et désorienté dans ses déclarations. C’est ce qu’affirme le journaliste chevronné John Pilger, qui lui a rendu visite il y a quelques jours.

C’est le résultat de son séjour à Belmarsh, une prison de haute sécurité en isolement, avec 23 heures de solitude et 45 minutes d’exercice dans une cour en ciment. Quand Assange quitte la cellule, « tous les couloirs qu’il traverse sont évacués et toutes les portes de la cellule sont fermées pour s’assurer qu’il n’a aucun contact avec les autres détenus ». « Rien ne justifie que ce régime inhumain, utilisé contre de grands terroristes, soit appliqué à un journaliste en détention provisoire », affirme Murray.

Il n’y avait pas non plus de raison pour que la justice suédoise refuse radicalement de prendre le témoignage télématique de Assange à l’époque, sans avoir à se rendre en Suède, ou de lui garantir que s’il acceptait de se rendre en Suède pour témoigner dans un cas de faux viol, il ne serait pas extradé vers les États-Unis, explique son père, John Shipton. Le cas suédois a conduit Assange à se réfugier à l’ambassade d’Équateur, où il a passé sept ans. Une affaire qui a été classée en Suède faute de preuves.

La justice suédoise, comme la justice britannique, a été complice avec le Pentagone : 120 personnes, analystes, agents, travaillant 24 heures sur 24, sept jours sur sept pour détruire le réseau Assange et sa personne, comme l’a expliqué Geoff Morrell, porte-parole du Pentagone il y a des années.

Le « cas suédois » était un plat cuisiné par le Pentagone. Son objectif était de discréditer Assange avec une affaire de genre – et ils y sont parvenus – et d’ouvrir une voie alternative à l’extradition – cela n’a pas été nécessaire – dans le cas où l’extradition du Royaume-Uni échouerait. Son ancien parlement, rappelons-nous, a été couvert de gloire lorsqu’il a accueilli avec applaudissements la nouvelle de l’arrestation de Assange à l’ambassade équatorienne en avril dernier, alors que les médias établis du monde entier nous enivraient d’articles dénigrants sur cette personne qui avait l’audace de révéler les crimes et la honte de la première puissance mondiale dans les conflits criminels. L’affaire donne pour tous une encyclopédie de l’infamie.

L’état de santé de Assange est préoccupant. Après que le Rapporteur Spécial de l’ONU sur la torture Nils Melzer ait certifié comme « torture psychologique » la persécution dont souffre Assange depuis près d’une décennie, 65 médecins et spécialistes du monde entier ont signé un document dans lequel ils demandent une intervention médicale « urgente » pour préserver la santé du détenu en le transférant dans un hôpital situé en dehors de Belmarsh. Les États européens, députés indignes du shérif, n’ont pas été touchés par cette nouvelle.

Lors d’une conférence de presse la semaine dernière à Berlin, le rapporteur Nils Melzer a expliqué sa dernière rencontre avec les responsables du Département des Droits de l’Homme du Ministère allemand des Affaires Étrangères. Tout au long du mois d’octobre, certains journalistes ont demandé au gouvernement allemand son avis sur le rapport du rapporteur, qui qualifie le traitement de Assange de « torture », sans obtenir de réponse. Lors de leur rencontre avec des responsables allemands le 26 mai, ils ont ouvertement reconnu à Melzer qu’ils n’avaient même pas pris la peine de lire son rapport du 31 mai. En même temps, dans la lointaine Australie, patrie de Assange, où les hommes politiques se sont complètement dissociés de toute initiative de défense et ont coopéré à la persécution, le député Barnaby Joyce s’est vu retirer la parole pendant son discours au milieu de la session parlementaire quand il a crié pour la défense de Assange dans sa double qualité de journaliste et de citoyen australien.

La main de l’empire est vraiment longue, mais quelle que soit l’ampleur de sa victoire, le principe reste là avec sa vérité irréfutable : ce sont ceux qui sont accusés ou impliqués dans des crimes de guerre qui doivent être jugés et emprisonnés, et non les courageux qui ont apporté la preuve de ces crimes.

Traduit par Réseau International


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...