www.zejournal.mobi
Samedi, 07 Déc. 2019

Le débat sur le voile islamique sert à semer la zizanie en France

Auteur : | Editeur : Walt | Jeudi, 17 Oct. 2019 - 23h26

Le piège est parfait : si vous êtes contre le voile, vous êtes un facho, un Dupont Lajoie, un ratonneur nostalgique de l’Algérie française, un colonisateur, un nazi.
Si vous êtes pour, vous être un gauchiste crétin qui va se faire remplacer par les hordes de musulmans venus d’Afrique qui vont finir par vous égorger et violer votre femme, ou votre homosexuel.

 

 

 







Con ou salaud, voilà le choix binaire et réducteur devant lequel est placé le peuple français. Deux mauvaises routes qui ont été fabriquées par le pouvoir profond, celui qui sème la zizanie, le doute et la séparation pour maintenir sa domination.

Nonosse de souveraineté factice à ronger

Le débat sur le voile, ce serpent de mer médiatico-politique qui revient 16 ans après son lancement (mais en 1989 Julien Dray de SOS Racisme et Nicolas Sarkozy de SOS Sionisme discutaient déjà du voile à l’école et de l’interdiction de la burqa), est un piège dans lequel il ne faut pas tomber.
Au fait, pourquoi toujours accuser le pouvoir profond, celui des loges et des lobbies ?

En 1984, la version socialo-sioniste qui s’impose au gouvernement, aux médias et par ruissellement à une majorité de Français, perdure pendant 35 ans. Aujourd’hui, cette parenthèse se referme doucement (mais beaucoup d’idiots ou de retardataires ne l’ont pas encore compris à gauche) et c’est la version nationale-sioniste qui est en train de remplacer la première.

Les Français, qui ont été nourris – ou intoxiqués – au lait socialo-sioniste pendant 35 ans ont du mal à comprendre pourquoi maintenant il faut jeter ce lait à la poubelle et le remplacer par l’autre, considéré comme moins nocif et plus nourrissant.

Alors comme ça on aurait pris du poison pendant 35 ans ? Mais qui nous l’a donné ? Eh bien ceux qui nous refilent l’antidote aujourd’hui – qu’on appelle national-sionisme –, c’est la même maison : la maison-mère.

Mettez les voiles !

L’affaire du voile, le débat autour du voile, organisé par la pince socialo-sioniste et nationale-sioniste (la nouvelle coupure factice gauche/droite), n’est que le moyen de fracturer encore plus la France entre les pro et les anti, les racistes et les antiracistes, les musulmans et les chrétiens, les tolérants et les intolérants, les immigrationnistes et les souverainistes, les bons et les méchants, les mélangés et les de-souche, bref, un bon petit ferment de guerre civile, celle que les Rioufol et autres Zemmour appellent de leurs vœux tout en ayant l’air de ne pas la vouloir.

Sur le voile, nous avons BHL et Zemmour qui occupent le terrain et arbitrent les débats en constituant les deux bornes indépassables, avec les Français victimes de la manip au milieu. D’ailleurs, les deux bornes vont se rencontrer sur CNews. S’ils étaient véritablement ennemis, ils s’écharperaient, et l’un d’entre eux ne sortirait pas vivant du ring.

Mais nous sommes entre employés de la même maison : la maison-mère. À propos, la nouvelle émission de Zemmour sur la chaîne d’info du groupe Canal fait un carton d’audience sur sa tranche, preuve que la bien-pensance ne paye pas et que la mal-pensance ouvre des espaces de liberté ou d’expression. On rappelle qu’il y a deux sortes de politiquement incorrect : le politiquement incorrect correct, celui du mensuel L’Incorrect par exemple, et le politiquement incorrect incorrect, celui que nous défendons sur E&R.

Mais n’enterrons pas si vite les gauchistes qui se font les chantres du socialo-sionisme, même s’ils sont en retard d’une guerre... sioniste. La gauche culturelle des Omar Sy, des Laurence Ferrari, des Thomas Legrand, des Jean-Michel Aphatie, des Gérard Miller et des Guillaume Meurice occupe encore beaucoup de postes d’observation et de délation.

Dans le linéaire de l’hypermarché casher de la maison-mère, où les Français peuvent trouver les produits de la propagande qu’il est interdit de boycotter, les gauchistes 1.0 sont un produit périmé mais toujours en vente.

Pour une fois, même s’il ne le fait pas exprès, car c’est un indécrottable gauchiste, Guillaume Meurice se moque de la dangerosité du voile, une dangerosité agitée par les nationaux-sionistes. Mais en face, ce n’est pas mieux !

Pour échapper aux uns et aux autres, aux antifrançais de droite comme aux antifrançais de gauche, il suffit de s’extraire du débat du voile, où il n’y a que des coups, et des coups perdants, à prendre. Concrètement, ce ne sont pas les 149 700 policiers de France qui vont aller arracher les voiles des musulmanes, qu’elles soient pratiquantes d’un islam rigoureux ou volatile. Il y aura donc toujours des voiles, selon la place qui est laissée aux musulmans de France dans la société, c’est-à-dire la politique et les médias, qui sont les places représentatives.

La place des musulmans dans les instances de pouvoir ou le vrai plafond de verre

Le récent surgissement dans les spots publicitaires de Noirs et d’Arabes ne doit pas tromper son monde : il ne s’agit pas d’humanisme, uniquement de marketing et de calcul pervers. Donner une représentation des Français de couleur dans la pub n’est qu’un argument de vente pour un nouveau panel de consommateurs, dont les consommateurs de halal, un business contrôlé par l’oligarchie. Même chose avec le cannabis venu du Maroc : cultivé par les paysans, il enrichit les « trafiquants ».

C’est en 2004 que les élections régionales (à scrutin proportionnel à deux tours) ont vu un nombre important de Français issus de l’immigration candidater aux postes de conseillers régionaux, une dynamique pour le coup assimilatrice ou intégratrice qui a été – ô malchance – bloquée par les émeutes de banlieues de 2005, des émeutes déclenchées par l’état-major sarkozyste, et le meurtre d’Ilan Halimi en 2006, avec le procès très symbolique des « barbares » de banlieue. Un fait divers qui sent là encore très fortement l’affaire d’État.

Dernière cerise de poids sur le gâteau fragile, la pénurie de shit qui a chauffé les banlieues avant les émeutes d’octobre 2005 serait le fait des gros trafiquants, tous « connus » des services de l’État. Des trafiquants qui arrosent allègrement les banlieues depuis 1984 et la création de SOS racisme... histoire de calmer les futurs chômeurs de la nouvelle rigueur libérale et de faire remonter de l’argent dans les caisses noires.

Vous avez dit ingénierie sociale ?

Ceux qui ont autorisé le voile hier l’interdisent ou veulent l’interdire aujourd’hui. Le débat sur le voile est, malgré les apparences, une déviation du débat social.


- Source : E&R

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...