www.zejournal.mobi
Samedi, 17 Avr. 2021

La France et l'Allemagne veulent fusionner leurs frontières, leurs économies et politiques de défense dans la dernière étape vers un super État Européen

Auteur : Phoebe Cooke | Editeur : Walt | Mardi, 15 Janv. 2019 - 16h16

La FRANCE et l'Allemagne envisagent de fusionner les frontières, les économies et les politiques de défense dans la dernière étape vers la création d'un super-État européen. Les pays voisins doivent élaborer ensemble des politiques dans des domaines tels que le terrorisme et les transports dans le cadre d'un pacte de "jumelage" sans précédent, à peine deux mois avant que le Royaume-Uni ne quitte l'Europe.

Conformément à cet accord, les régions franco-allemande des deux côtés seront encouragées à former des "eurodistricts", indique le Times.

La chancelière allemande Angela Merkel doit rencontrer le président français Emmanuel Macron le 22 janvier à Aix-la-Chapelle, ville emblématique de par son histoire commune et son emplacement à la frontière.

L’extension du traité, négociée au cours de l’année écoulée avec peu de détails, stipule que l’acceptation de l’Allemagne comme membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies constituera une priorité de la diplomatie franco-allemande.

En vertu de ces plans, les ministres pourront également assister aux réunions de leurs cabinets. Il existe également des objectifs visant à promouvoir une coopération plus étroite entre les services de renseignement nationaux et la police dans la lutte contre le terrorisme et le crime organisé, ainsi qu'un engagement à progresser vers la convergence économique.

La culture, la santé, l’innovation et les transports sont d’autres domaines de coopération.

A Paris, le bureau de Macron a déclaré que l'extension du traité de l'Elysée aiderait les deux puissances européennes à "relever les défis auxquels elles seront confrontées au XXIe siècle".

"Nous envisageons de renforcer notre engagement en faveur de la sécurité et de la prospérité de nos peuples dans le cadre d'une Europe plus souveraine, unie et démocratique", a-t-il déclaré.

Les deux gouvernements accepteront de tenir «des consultations régulières à tous les niveaux avant les grandes réunions européennes, et veilleront à établir des positions communes et à faire des déclarations communes».

"Ils vont défendre une politique étrangère et de défense commune forte et efficace, ainsi que renforcer et approfondir l'union économique et monétaire", ajoute le texte.

Les critiques affirment que le traité sera un "mastodonte capable d'écraser la dissidence sous ses roues", rapporte le Times.

La nomination de l'Allemagne au conseil de sécurité pourrait entraîner des problèmes à Bruxelles, qui considère que cette attribution devrait être confiée à l'UE.

Le traité devra également faire face à une opposition considérable de la part des partis d'extrême gauche et d'extrême droite.

Alexander Gauland, chef du parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne, l'a décrit comme "une érosion de notre souveraineté nationale".

En France, Marine Le Pen, anciennement du parti d'extrême droite le Front national, l'a décrit comme un diktat allemand "déséquilibré".

Liens connexes:

Merkel : les Etats de l’UE doivent céder leur souveraineté à Bruxelles… et signer le pacte sur la migration

Merkel donne le feu vert à la formation d'une armée européenne

Traduction: Fawkes News

 

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé